Le moulinage
E1-Histoire d'une industrie

Le moulinage est l’opération qui consiste à consolider le fil de soie qui sort de l’atelier de filature, avant qu’il ne soit utilisé au tissage.

Le moulinage dans la Drôme

Dès le début du 18e siècle, la Drôme développe une activité de moulinage, encouragée par les marchands lyonnais désireux de se soustraire à la prédominance italienne. Le moulinage est pratiqué dans un premier temps sur des moulins de forme ronde dits « piémontais », puis dès 1750 sur des moulins ovales construits par un mécanicien français Jacques de Vaucanson (1709-1782).

Une entreprise fragile

Dès 1830 le moulinage devient une activité plus importante que la filature. Mais la crise de 1853 n’épargne pas les mouliniers qui sont contraints d’importer de la soie étrangère. En 1880, les mouliniers drômois commercent majoritairement avec les soyeux lyonnais. Cette dépendance, fait prospérer les grosses entreprises et marque la disparition du moulinier indépendant.

E1 - 1.JPGVue d’un atelier de moulinage

Déclin du moulinage

L’apparition en 1930 des fibres artificielles a de lourdes conséquences pour l’industrie du moulinage ; la soie naturelle ne fait plus recette tandis que l’industrie italienne, qui a su s’adapter rentre en concurrence avec l’industrie drômoise, au point que certains entrepreneurs s’installent en Italie : c’est le cas des Armandy. A la fin du 19e siècle, la soie est importée de Chine, arrive en France d’où elle est renvoyée en Italie pour le moulinage, avant d’être expédiée en Allemagne pour y être tissée à bon marché. Beaucoup de moulinages ferment à partir de l’année 1903. Mais au contraire de la filature, la 1ère guerre mondiale relance l’industrie du moulinage avec des commandes provenant d’Angleterre et d’Amérique.

E1 - 2.JPGVue d’un atelier de moulinage avec des moulins sur deux étages