Filature
C1-Du cocon au fil

Seconde étape du travail de la soie après la sériciculture, la filature consiste à dévider le cocon, afin de tirer le fil de soie. Pratiquée dans un premier temps, sur des tours à filer manuels, puis sur des tours mécaniques, la filature consiste en une suite d’opérations demandant une certaine habileté.

C1.jpgSchéma représentant le dévidage des cocons : 1/ gindre ; 2/ va-et-vient ; 3/ tavelettes (petites bobines) ; 4/ filière ; 5/ bassine ; 6/ croisure ; 7/ cocons, cours de tissage, 1909

Le battage, purge et dévidage

Le battage permet de dégager de la surface du cocon des enveloppes de mauvaises soies, appelées frisons, et la purge consiste à les enlever définitivement. La fileuse plonge les cocons dans une bassine d’eau bouillante et les agite avec un petit balai l’escoubette. Sous l’action répétée du balai, les frisons sont accrochés et dégagés. Ils sont conservés pour produire un tissu rustique, la filoselle. Ensuite la fileuse saisit non pas un seul fil, trop fragile, mais plusieurs qu’elle réunit afin de former le fil continu. Ces opérations permettent d’obtenir un écheveau appelé flotte qui est alors ôté du dévidoir puis noué et plié, ce travail minutieux est essentiellement réalisé par des femmes.